A quand un « Lincoln » camerounais ?

Depuis que la dernière image de ce film a disparu de l’écran, ma mémoire ne cesse de travailler. Cela fait pourtant trois jours que j’ai vu le film à l’Institut français de Douala, à l’occasion de la fête du cinéma américain. Mais, rien n’y fait. Je rêve comme une toute petite fille devant sa première poupée. J’aurais sacrifié beaucoup de choses pour avoir un cadeau de Noël, version « Lincoln » en vrai. Ce film m’a fait découvrir l’autre visage du pouvoir, le courage d’un président. Pas comme notre « roi-lion » quoi ! Oui vous allez me dire que je rêve trop. Qu’entre les Etats-Unis et mon Cameroun chéri, c’est comme le jour et la nuit. Le fossé entre les deux pays est immense. Infranchissable même pour certains. Et les combats ne sont pas les mêmes.

Une scène du film "Lincoln": "Crédit photos: Telerama.fr"

Une scène du film « Lincoln »: « Crédit photo : Telerama.fr »

N’empêche ! Voir à l’écran, comment un homme, seul contre son destin, seul contre tous parfois, même contre sa femme, pouvait changer un pays, apporter de la lumière, m’a fait pleurer. Oui je le dis sans honte. « Lincoln », m’a éclairée. J’ai vu comment, les derniers mois tumultueux du mandat du 16e président des États-Unis, Abraham Lincoln, dans une nation déchirée par la guerre civile, la ségrégation raciale (surtout ce point) et secouée par le vent du changement, m’a prouvé que tout était possible dans cette vie. « Ce sont les gens qui entourent Paul Biya qui sont méchants. Lui il n’est pas méchant hein ? ». Comme j’entends ces paroles dans les chaînes de télévision et à la radio. Les fidèles de chez fidèle du roi-lion veulent tout faire pour nous montrer que notre président est Nickel comme l’ange. Qu’il est seulement « intoxiqué » par son entourage. Vous avez vu « Lincoln » chers supporters infaillibles et inconditionnels aveugles voyants?

Le « Lincoln » camerounais attend toujours

Faites un tour dans une salle de cinéma. Oh que dis-je. J’oubliais que toutes les salles du Cameroun sont fermées (même ça le roi-lion ne sait pas ?). Allez dans n’importe quel carrefour de Douala. Demandez au jeune vendeur de CD (il a un doctorat hein ?) le film « Lincoln ». Pour deux petites pièces de monnaie, vous l’aurez. C’est de la piraterie, mais il s’en fout. Le roi-lion ne crée pas les emplois. J’ai compris, la faute à cette maudite intoxication de l’entourage. Que disais-je ? Après avoir acheté le CD, allez le voir dans votre beau salon huppé, climatisé, aux fauteuils en cuir. Attardez-vous un instant sur l’homme-président Abraham Lincoln, qui apparaît sur votre écran plat qui vous a coûté des yeux de la tête (l’argent du contribuable camerounais détourné). A cette époque-là, les Etats-Unis allaient mal comme le Cameroun d’aujourd’hui. Seul l’objet du problème fait la différence de nos jours. Abraham était un président comme Paul Biya actuellement. Qu’est-ce qui fait problème alors ?

J’avais honte lors de la projection du film. Je me suis exclamée intérieurement : comment est-ce qu’un président pouvait être comme ça ! Par comme ça, voyez mon étonnement devant un Lincoln qui voulait voir son peuple uni. Donner la liberté à tous et surtout aux Noirs. C’était ce qui entravait l’Amérique à cette époque-là. Et au Cameroun de 2013 ? Nous avons un président ? Oui et alors, te répond le Camerounais lambda. Un « Lincoln », il te dira que ça, ce sont des bobards, des rêves impossibles quoi. « Attend même 100 ans hein la rêveuse. Tu rêves toujours après plus de 30 ans de pouvoir ? » C’est fou comme un « Lincoln » à la camerounaise m’apparaît impossible quand je me relis à travers ce billet. Pas dans la génération actuelle en tout cas.

Dans « Lincoln », j’ai vu un président prêt à tout pour sauvegarder l’harmonie entre ses habitants. Un président qui tenait tête pour le bas peuple. Au Cameroun, dans la vraie vie, le bas peuple, ça n’inquiète pas notre roi-lion. Le chômage, les détournements et la pauvreté, c’est ce qui entrave notre épanouissement. Mais, nous n’avons pas de « Lincoln » chez nous.  Je l’ai eu en l’espace de 2 heures 29 minutes dans une salle de cinéma. Ça, c’était le rêve d’une époque future qui arrivera « peut-être ». « Lincoln » a tout fait pour faire adopter ce 8e amendement. Il l’a fait et il a aboli l’esclavage. Il n’a fait que deux mandats sans les achever. Il est mort assassiné, pour une cause juste. C’était ça mon rêve. De la fenêtre où je suis placée, je vois la même rue de Douala. Des jeunes sans emploi, surdiplômés, envahissent le trottoir à la quête de leur pain quotidien.  A la télé, j’entends les mêmes promesses. On essaie de justifier ton silence « roi-lion ».

Je rêve d’un « Lincoln » camerounais !

The following two tabs change content below.
josianekouagheu
Cet espace est une tribune pour moi; de montrer ce qui se passe dans mon pays, ma ville et mon quartier. A bord de mon blog, je parle de ce qui me tient à cœur, de ce qui ne va pas dans mon pays et surtout de ce qu'il faut faire....

12 Des réflexions sur “A quand un « Lincoln » camerounais ?

  1. Même en temps de détresse, il n’est pas interdit de rêver. D’ailleurs c’est une activité humaine qui soutient notre existence. En fait, l’exemple de Lincoln est formidable, et cet homme d’Etat doit être un exemple à suivre. Aucun homme n’est parfait, on peut toujours lui reprocher certaines choses. Il a laisse aux Etats-Unis d’Amérique un héritage sociopolitique qu’aucun n’a fait avant lui. Il est un apôtre de la réconciliation. Hélas que nous vivons un monde qui cherche a nourrir des guerres au lieu de favoriser la paix. Beau billet sista.

  2. Là Josie, tu évoques le Président américain que j’aime le plus. Ton rêve est juste et réalisable. Mais il faut la combinaison de divers éléments pour ce faire. Ton billet pousse à réfléchir et à l’autocritique. Bravo!

  3. Si le continant Africain n’avait pas toutes ces richesse dans son sous-sol…vous l’auriez deja eu votre « Abraham »…Les effets de geo-strategie sur les matieres premieres ont eu des conscequences grave sur les politiques interrieures de vos pays, malheureusement.

    • Je suis d’accord avec toi Boukari que les films et la réalité ça fait 2. Mais si en suivant un film on y trouve quelque chose de positif, je pense qu’on peut le rêver et faire de ça une réalité. Le réalisateur a pris le temps de prendre le coté positif et à soigner son film pour qu’il ait un impact sur les téléspectateurs. Cela y va de son imagination. pourtant on dit que tout ce qui vient de l’imagination de l’homme est réalisable. On peut essayer de réaliser ce coté positif au Cameroun ou encore partout en Afrique. Dieu bénisse nos Pays!

  4. Josiane un rêve oui un rêve parce que vu comme les étaux sont serrés c’est pas pour demain . j’ai une consolation, il n’est pas éternel le roi et je verrais ce que l’entourage fera pour le ressusciter. Bien au contraire, il chercheront à qui faire des courbettes et recommencer le manège

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*