Liebster Award : je blogue comme mes confidences

Article : Liebster Award : je blogue comme mes confidences
20 mai 2013

Liebster Award : je blogue comme mes confidences

Ça y est ! Mon tour est arrivé. Le bateau a accosté à mon port. Je dois prendre les rênes en tant que capitaine: conduire la flotte Liebster award. Je n’ai pas le droit de décevoir mes quatre fidèles passagers qui m’ont fait confiance. Nora NoviekouSalmaLimoune et Thierno Diallo ont pris leur quartier dans le navire. Le principe est simple. Au cours de la traversée, je dois leur parler de moi en 11 façons différentes. Ensuite, je dois répondre à leurs 11 questions. Sur quoi ? Vous allez le découvrir. Je dois aussi nommer 11 autres passagers à qui je poserai 11 questions tout en créant un lien vers eux. Je sais juste qu’entre le bruit des vagues et le dandinement du bateau, la causerie s’annonce appétissante. Normal, c’est le grand capitaine David Kpelly qui a institué le jeu :

Liebster Blog Award qui signifie « Prix du Blog Aimé »

 Bon l’orage pointe à l’horizon. Il faut que je me confie avant son arrivée : 11 choses sur moi !

 1- Un jour, je suis en Terminale C au lycée. Je suis la rédactrice en chef du club journal du lycée. L’institut Goethe vient d’offrir une bibliothèque flambant neuve à mon établissement et ça se fête. Il y a à manger, il y a service traiteur. Et après, les enseignants rassasiés, ramassent les restes de bouffe et s’en vont chez eux avec, sous le regard affamé et envieux des élèves de 6ème,  5ème,  4ème et 3ème,.  Je suis en colère. Le lundi suivant, lors du rassemblement, devant des centaines d’élèves, je lis ma chronique à la fin du journal. Elle est applaudie. Et quelques minutes après le rassemblement,  les responsables du club sont convoqués par les censeurs qui nous parsèment d’injures et d’avertissements. «Si le proviseur avait été là, tu aurais été exclue définitivement Josiane Michaël Kouagheu», me lance le coordonnateur de notre club et par ailleurs censeur, en colère. « Et pourquoi ? », demande-je innocemment. « …». Il ne sait que répondre. J’ai dit juste et je suis punie, pense-je. Depuis ce jour, je comprends pourquoi les innocents vont en prison. Et moi, j’ai juré de lutter pour les sans voix…

2- Je suis née un 29 septembre. Je suis donc de signe balance ce qui m’a toujours intriguée, car voyez vous, j’ai tendance à être déséquilibrée dans ma vie. Mon amie Marie-Louise pense parfois que je suis «miss catastrophe».

3- Je suis l’unique fille d’une fratrie de trois. J’ai deux petits frères que j’adore.

4- J’aime lire et écrire. L’écriture et la lecture sont mes thérapies contre les injustices du monde. Je m’y refugie régulièrement. Je m’y perds comme au milieu de nulle part. Et du coup j’oublie le monde qui m’entoure. D’ailleurs, je me suis toujours dit que si mon futur mari demandait à m’offrir un cadeau, je lui dirai tout simplement : «offre moi une bibliothèque». C’est mon rêve le plus fou.

5- Mon livre de chevet ? «Une part de mon âme », de Winnie Mandela. Le courage de cette femme, sa rencontre avec Nelson Mandela, ses combats y sont décrits. Ça m’encourage.

6- Mes fiertés littéraires ? Le prix du mérite au concours Naji Naaman que j’ai obtenu en 2011 au Liban avec mon poème «femme verte». J’étais la seule lauréate de l’Afrique subsaharienne. J’étais bien contente de moi. Et mon recueil de poèmes intitulé «Eclairs», paru aux éditions Edilivre en France.

7- La campagne et moi ? Je m’y sens chez moi. Au village, en pleine forêt, j’écoute avec plaisir les chants des oiseaux. Je grimpe sur les arbres. Et surtout sur le « petit prunier de Michaël » (Josiane). Papy me l’avait offert. J’y vais tous les ans.

8- Le journalisme et moi ? Un amour que je n’explique pas. Faire des reportages et enquêtes sur la vie des petits Hommes, les dangers auxquels ils sont exposés, les réseaux de fraude, une île abandonnée, étudiants… Il y a trop d’injustices dans le monde et dans mon pays, le Cameroun en particulier.

9- Mes grands défauts? Mes proches accusent une timidité que j’essaie pourtant de vaincre tous les jours, mon impatience, ma curiosité et mon caractère impulsif.

10- Ma pire crainte? Perdre ma maman. Je travaille dur pour l’offrir un jour ce qu’il y a de meilleur pour elle.

11- Je n’aime pas les fêtes. Ni le bruit des boîtes de nuit. J’aime la musique. « Heal the world », de Michaël Jackson reste l’une des chansons que j’adore le plus. C’est la sonnerie de mon téléphone. J’aime aussi rester devant un ordinateur, chercher les nouveautés sur internet. J’aime par contre à moitié les réseaux sociaux. Je suis donc partiellement dans la génération 2.0.

 Ouf l’orage n’arrive toujours pas. Bercée par le silence de la mer, je tends l’oreille à mes quatre passagers. C’est la phase des questions-réponses :

1- Quel est le nom de votre blog et quel est votre message phare que vous passez ? (Nora Noviekou: Mon blog est Lumière du Cameroun. C’est en d’autres termes mon regard sans maquillage et sans mensonge sur mon pays.

2- Jusqu’à quel point pourrais-tu défendre tes idées ? (Limoune: Jusqu’à faire entendre raison à mon interlocuteur, malgré tout.

3- Que faites-vous de particulier pour ne pas imiter les autres blogueurs ? (Salma) : j’écris ce que je vis, ce qui m’interpelle. Cela ne pourra pas être la même histoire que celle vécue des autres blogueurs.

 4-L’amour proprement dit existe-t-il de nos jours ? (Thierno Diallo) : cela dépend de l’amour. S’il est maternel, je pense qu’il existe. Mais, pour l’amour entre un homme et une femme, j’en doute, même si je ne sais pas trop ce que c’est. Autour de moi, je vois des hommes qui vont vers des femmes pour leurs corps. Et les femmes vont vers les hommes pour leur argent.

5- Quel est votre vœu le plus cher? (Nora Noviekou) : comme je l’ai déjà dit, réussir dans ma vie et offrir ce qu’il y a de meilleur à ma mère.

6- Que veux dire pour toi la solidarité ? (Limoune) : pour moi, c’est un sentiment qui vous pousse à aider l’autre sans regarder la couleur de sa peau, son appartenance sexuel, religieux, régional et encore moins sa classe social. C’est surtout ce sentiment qui réunit les hommes.

 7- Comment voyez-vous l’avenir des blogs et des blogueurs? (Salma) : bloguer, c’est exprimer ses opinions, interpeller, informer et éduquer en quelque sorte. Avec le développement des Tics qui réunit le monde en un village planétaire, je pense que les blogueurs ont un avenir positif, même si certains sont menacés. On ne pourra rien contre eux

8-Pour vous, quel est le but de la vie ? (Thierno Diallo) : c’est faire ce qu’on aime sans regret. Réussir par ses propres moyens en gardant sa dignité.

9- Désormais pouvez-vous vous passer de Mondoblog ?pourquoi ? (Salma) : Malheureusement, je ne peux plus me passer de Mondoblog. Tout simplement parce que cette plateforme caractérise pour moi l’autre manière de comprendre le monde. L’actualité vue de l’œil des mondoblogueurs.

 10- Blogguer sans internet, c’est possible ? (Limoune) : impossible car pour vulgariser leurs écrits, les blogueurs ont besoin de ce réseau qui leur permet de les rendre lisibles au monde.

11-Quelle personne appelez-vous belle ? (Thierno Diallo) : La beauté est morale pour moi. La personne qui a un bon comportement, qui respecte les autres et milite pour la paix est belle.

 De loin, j’aperçois la côte. 11 nouveaux passagers attendent l’arrivée du Liebster award :

Je serai bientôt avec eux et je veux savoir 11  choses sur eux :

1-Quel est le personnage que vous admirez le plus au monde ? Et pourquoi ?

2-Si demain était votre dernier jour sur terre, que ferrez-vous avant de mourir ?

3-Pour vous, c’est quoi l’idéal féminin ou masculin ?

4-Que savez-vous du Cameroun ?

5-Décrivez-nous le plat traditionnel de votre pays ?

6-Que pouvez-vous changer dans votre pays ? Et comment ?

7-Je vous offre un sol plein d’or ou fertile pour toute récolte?

8-Votre premier geste face à un danger qui guette votre famille ?

9-Résumez en trois lignes le livre que vous aimez le plus…

10-Décrivez-vous en cinq mots?

11-Parlez-nous de vous en cinq dates importantes ?

Ils vont parler…

 Cyriac Gbogou, mon idole version combat

Florian Ngimbis, un kongossa qui invite à la lecture

Suy Khalofi, quand l’éléphant prend en otage l’actualité

Carlos, le Ghana en joie et en pleurs

Faty Kane, le Sénégal vu de chez-lui

Mapote Gaye, ma plume fière made in Teranga

Michel Thera, un regard limpide sur Bamako

Fatouma Harbar, un amour à travers cette plume du Mali

Etienne Billy, le monde vu sous la plume de Billy

William Bayila, mon courage made in Cameroun

Kpénahi Traoré, ma voix du Faso

Enfin ! J’ai accosté. Et c’est autour des 11 autres passagers d’embarquer avec le Liebster Award. J’espère qu’ils sauront faire face à l’orage si jamais il arrive…

Partagez

Commentaires

Mylène
Répondre

Je retrouve bien dans tes réponses ta sensibilité et tes convictions. Vraiment sympa d'avoir "lutté" contre ta timidité pour y répondre. Et bien sûr quelle poésie pour le fil conducteur ! Un des Liebster les plus réussis que j'ai lus, à mon humble avis.

josianekouagheu
Répondre

Merci Mylène. Je me suis confiée à cœur ouvert. Pas facile tu sais, d'exposer ma vie à tout ce monde. Mais il le fallait, c'était ça la règle du jeu...

keitamamady
Répondre

Bravo et félicitation pour avoir réussi vraiment avec brio cette épreuve. 9,75 sur 10 pour la verve et la sincérité que j'ai ressenti tout en te lisant. Je comprends mieux ton personnage qui m'impressionne et que j'admire beaucoup. Merci à tous les initiateurs de cette épreuve vraiment sympa. Vivement les 11 suivants lolllll.

josianekouagheu
Répondre

Tu parles Mamady. Il fallait que je me confie quoi...

emile
Répondre

Elle m'étonne et m'impressionne.
Tu as oublié de dire que ton plus grand rêve est que je te visite au Cameroun. loool
J'ai adoré te découvrir.
Sublime tout simplement. On en reparle sur les détails.

josianekouagheu
Répondre

Oui, c'est aussi ça mon autre rêve. Te voir dans mon pays que j'adore. Je t'attends en tout cas. Mais, comme c'était une promesse de ta part, je n'ai plus trouvé bon de l'inclure dans mes rêves.

Limoune
Répondre

Hey, capitaine ! Je suis rassurée avec toi aux commandes de ce navire. Je ne peux que te faire encore plus confiance après la lecture de ce billet écrit avec sincérité et humilité. Et pourrais-tu me permettre de lire "la femme verte" ?

josianekouagheu
Répondre

Merci de cette confiance ma grande Limoune. Ainsi, j'ai déjà un passager fidèle de chez fidèle. Pas mal en tout cas. Je te ferai lire mon poème avec un grand plaisir et un large sourire...

cireass
Répondre

Merci pour toutes ces réponses !

josianekouagheu
Répondre

Merci Thierno pour la nomination. J'ai été heureuse de me soumettre au jeu!

Bertille
Répondre

C'est la 1ière fois que je lis ton blog et pourtant je suis une habituée de Mondoblog. J'ai adoré!!!! Ton Liester Award est singulier. Surtout je me suis reconnue dans le fait no 1. Dans mon cas cela s'était déroulé lors d'une formation avec le ministère de la jeunesse. Merci

josianekouagheu
Répondre

Merci Bcp Bertille. Je suis vraiment contente qu'on soit si commune en plusieurs points. Cela prouve au moins que le blogging rassemble bien de personnes. Ravie de faire ta connaissance.

nathyk
Répondre

Josiane Michael Kouagheu, s'il y a un fait sûr, c'est que le Cameroun a besoin d'une femme comme vous ! Fière de te connaître :)

achille kmel mekontchou
Répondre

mince! simplement bien fait, j'adore cette fois la simplicité de ta plume. je donnerais tout pour l'avoir. je suis certain que ta maman est déjà fière de toi. je vais emprunter la formule de Ngimbis; "peace"