Bloguer ou risquer sa vie, possible au Cameroun !

Article : Bloguer ou risquer sa vie, possible au Cameroun !
31 août 2013

Bloguer ou risquer sa vie, possible au Cameroun !

Suis-je une chroniqueuse qui n’écrit que pour amuser la galerie ou se plaindre sans jamais agir? Chers lecteurs, je ne vous pose pas une question. Ou si, je ne vous empêche pas de me répondre. Mais, j’ai décidé de vous parler de mon activité en déphasage avec ce préjugé. Nous sommes aujourd’hui le 31 août 2013. Une journée qui fait honneur à ceux là qui animent des blogs comme moi. Cynthe Ibohn et Ivy Ben Mun ont eu l’idée de mettre ensemble des blogueurs Camerounais autour de plusieurs préjugés. Une sorte d’exutoire je vous le dis. Des blogueurs sont-ils  des chroniqueurs qui n’écrivent que pour amuser la galerie ou se plaindre sans jamais agir ? (l’un des préjugés) Suis-je un exemple?  Facile de répondre par oui ou par non ! Avant toute chose, je tiens à signaler que la situation actuelle de mon pays le Cameroun, n’est pas un cadre pour le divertissement. Et lorsque j’ai eu le concours Mondoblog, je ne l’ai pas oublié!

Journée Mondiale du blog"crédit photo: google"
Journée Mondiale du blog
« crédit photo: google »

Sur le blog, on écrit pour changer, comme des livres censurés

Imaginez-vous dans un village du 21ème siècle. Le sol est fertile. La moisson est toujours abondante. La forêt est dense et riche. Seulement, le chef accapare tous les fruits des récoltes. Les habitants sont des victimes et esclaves. Ils ne vivent que des miettes. Et ils ont surtout peur d’exprimer leur mécontentement. La Cause? La dernière fois qu’ils l’ont fait, le chef a envoyé ses gardes armés, sous la direction de ses notables. Dans la foulée, tu as perdu papa, plusieurs oncles, voisins et amis. Que fais-tu actuellement ? Tu cherches où épancher ta peine, l’endroit où déverser ta haine contre le chef et ses notables. Sur la place publique? Dans la chefferie ? Où alors ? Tu sais que tu es en danger, mais tu refuses de te taire.

Je pourrais prendre des centaines d’exemples pour illustrer nos espoirs perdus, nos haines contenues. Pour te prouver que rien ne va au Cameroun. Ce cas sera pour quelqu’un d’autre, un Camerounais bien sûr, le moins grave. Ils sont tellement habitués à plus. A souffrir au quotidien sans que personne ne lève le petit doigt pour les aider. Je m’adresse ici à ces irresponsables responsables (président, ministres, directeurs…) qui profitent de leur pouvoir pour affaiblir le peuple et s’engrosser de fric. Et maintenant, quand nous (blogueurs et blogueuses Camerounais), prenons notre plume pour dénoncer et interpeller, ils nous traitent des «chroniqueurs qui n’écrivent que pour amuser la galerie ou se plaindre sans jamais agir». Facile hein?  Et après vous allez dire que vous avez des raisons d’expliquer pourquoi vous avez censuré le livre : « Au Cameroun de Paul Biya » ?

 Pour moi, dénoncer, interpeller, rendre publique un fait, c’est agir*

«Josiane, tu peins toujours le Cameroun en noir ». J’ai trop entendu ces paroles. Donnez-moi des raisons de ne pas écrire des billets pareils sur mon blog  :

Il n’y a pas d’eau, pas d’électricité au Cameroun. Il y a des morts. Le pays en produit et alimente pourtant la sous-région Afrique centrale. Je ne prends pas ma plume ?

La compagnie aérienne nationale a déjà absorbé plus de 50 milliards au contribuable camerounais. Elle ne décolle pas. On y injecte toujours « aveuglement » de l’argent. Je ne dénonce pas ?

La pénurie des Antirétroviraux est régulière au Cameroun. Chaque année des milliers de Personnes vivant avec le Vih Sida sont en danger. L’Etat s’en fout, pas de prévision. Je me tais ?

Le pont sur le Wouri  (près du Port, porte d’entrée et de sortie du pays) est vétuste. Ça tue ! Je n’interpelle pas ?

Et ces hommes politiques sans scrupule, ces enfants violés, excisés, ces étudiants désœuvrés…

Je dénonce, j’interpelle avec espoir de sensibiliser le grand-nombre et de faire changer les choses. J’agis ainsi ! La preuve, après mon voyage sur l’île de Djébalé, j’ai écrit le billet intitulé: «Djébalé, une île oubliée derrière Douala ». Par la suite, j’ai appris que l’île avait connu d’importants changements. Je ne sais pas si c’est mon billet qui l’a causé.

Non, juste pour vous dire que les blogueurs «ne sont pas des chroniqueurs qui n’écrivent que pour amuser la galerie ou se plaindre sans jamais agir ». La preuve, « ils » guettent nos publications, la peur dans le ventre. Comment je le sais ? Allez savoir pourquoi les blogueurs sont menacés et emprisonnés !

«Bloguer pour moi, c’est tout simplement être moi. Écrire pour dénoncer et interpeller, sans mensonge et sans maquillage».

D’autres publications:

1. #CMRBlogDay: Pourquoi? (Valdes Nzalli)

2. #CMR BolgDay: Blogging, that easy money-making business (Ivy Ben Mum)

3. #CMRBlogDay: Maki Avele et la bloggueuse Camerounaise… (Mebene)

4. Bloguer n’est pas chômer! (Tjat Bass)

5. #CMRBlogDay: blogueur camerounais, double combat (Samvick)

6. #CMRBlogDay: I’m a blogger in Cameroon… So I’m a jobless young (Innocent Djiofack)

7. Blogueur: informateur lésé par la publicité au Cameroun (Frank William Mbatchou)

8. Blogueur ou marketer, tout réside dans la stratégie (Achille Kmel)

9. Le blogueur camerounais: à l’aube de son devenir (Arnaud Femtchou)

10. Journée Int. du Blog? (A.J.)

11. Pourquoi je blogue? (Paul Armand Menye)

Bonus: Que représente le blogging pour les mondoblogueurs? (Billet collectif sur Mondoblog)

Bonne fête à vous collègues blogueurs et blogueuses!

Partagez

Commentaires

Achille kmel Mekontchou
Répondre

Dieu voulant je rejoindrais votre team avec le blog "Mes Larmes". Oui car "Témoigner c'est lutter"

josianekouagheu
Répondre

Je t'attends à bras ouvert Achille. Et surtout ce nom illustrera à merveille nos espoirs perdus, nos peines contenues. Tu le sais bien! Je t'attends à bras ouverts!

Nelson
Répondre

Un tableau très sombre de la situation au Cameroun. Mais bon, c'est ce grand avantage que nous offre le monde du blogging, un moyen de dénoncer et de proposer des solutions meilleures pour la vie de tous.

josianekouagheu
Répondre

C'est l'avantage que nous avons Nelson. Et cette manière d'écrire ses peines et ses espoirs permet de garder espoir, car le monde nous écoute:

Mylène
Répondre

Josiane, bloguer, tu as cela dans la peau. J'ai beaucoup apprécié ce billet, caractérisé par ce ton de révolte et de passion qui te va si bien. Ecrire, c'est agir.

josianekouagheu
Répondre

Ecrire c'est vraiment agir. Mais et surtout interpeller, dénoncer, attirer l'attention, sensibiliser. Merci ma grde!

cireass
Répondre

Bonne fête à toi aussi ma chère Josie !
Je dois avouer que sur notre plateforme, tu fais partie de ces gens qui me donnent envie de lire leurs publications. Sans jouer le rôle du griot près du roi, je t'informe tout simplement que j'aime ta manière de prendre la plume pour analyser et mettre en perspective la situation de ton pays.
Comme on peut le comprendre dans les colonnes de ton cris de coeur, la mission d'un blogueur n'est pas de faire l'apologie du responsable irresponsable. J'ai bien dit responsable irresponsable.
Le principal problème qui empêche les blogueurs de changer les environnements dans lesquels ils vivent est le fait que dans les pays où l'ont cris encore MERCI À LA BANQUE OU AU FMI la plus grande partie de la population n'a pas accès à ces écrits. Pour soutenir mon raisonnement, je vais prendre l'exemple sur la Tunisie, berceau du printemps arabe, où les blogueurs ont joué un rôle primordial dans la chute du régime de Ben Ali, même si très malheureusement après la révolution et l'arrivée des islamistes au pouvoir ceux-ci ont été obligés de virer du côté de l'opposition.

josianekouagheu
Répondre

Thierno, tu me fais rougir là! Franchement, attendre la journée mondiale du blogging pour me dire toutes ces paroles me vont droit au coeur. Merci encore/ Et surtout, de rester l'un de mes plus grands lecteurs. Savoir que tu apprecies ce que je fais me donne envie de danser hein? Thank

fc
Répondre

Les bloggeries ne sont que l'expression sur le net, de la liberté d'expression, liberté d'expression si souvent bafouées, pendant encore combien de temps le net sera-t-il encore ce havre de paix pour les lettrées libertaires de toutes les nations. Réjouissons-nous encore un certain temps, mais il est bon de souligner que cette visibilité permet à nos oppresseurs de savoir ceux et celles qui doivent être supprimées éliminées emprisonnées...

Merci Josiane,merci a votre philosophie politique, merci a vos conversations sur une société sans domination et sans exploitation.

En cinq lettres,M e r c i, venant d'un simple lecteur .

josianekouagheu
Répondre

Merci bcp cher lecteur. Lire mes billets est déjà un cadeau que vous m'offrez à chaque fois. C'est bcp, c'est formidable et c'est encourageant. Merci aussi à vous!

Danielle
Répondre

Hé ben Josiane je ne te savais pas si révolté!!! mais en tout cas chapeau pour cet article. Blogger c'est quelque chose de magique lorsque l'on sait tenir sa plume.

josianekouagheu
Répondre

Ah bon? Non tu le savais bien là! Et toi tu es sûre que tu l'es moins? Merci de ta belle visite

salma Amadore
Répondre

bravo Josiane on aura tout entendu amuser la galerie?c'est une façon de se consoler on le fait , oui on lutte et on dénonce avec les moyens que nous avons. vive le blogging camerounais

josianekouagheu
Répondre

Merci ma grande. Le blogging Camerounais doit toujours vivre. Et tu sais bien pourquoi! Nous avons tellement à dire ma grande!

Michel THERA
Répondre

Surtout prends soin de toi et ne fais rien qui puisse compromettre ta sécurité. Juste te dire nous continuerons à bloguer et à dénoncer.

josianekouagheu
Répondre

Merci bcp mon Grand Michel depuis le Mali. Je te le promets, je prendrais toujours soin de moi? Mais, stp je ne pourrais vraiment pas m'empêcher d'écrire! Il y a trop à dire, trop même!